Les progrès de la chirurgie du pied avec la chirurgie mini-invasive

Journée de printemps de l’AFCP 2019
25 janvier 2019
Hallux valgus : l’intervention chirurgicale se fait de mieux en mieux
3 mai 2019
Tout montrer

Les progrès de la chirurgie du pied avec la chirurgie mini-invasive

La chirurgie mini-invasive du pied continue de s’enrichir de techniques toujours plus innovantes. Le gros avantage de cette chirurgie dite percutanée est qu’elle ne laisse pratiquement pas de cicatrice. En effet, en limitant la taille des incisions que le chirurgien orthopédiste réalise directement à travers la peau, les tissus se révèlent être moins agressés. C’est en cela que l’on parle de chirurgie percutanée.

Comprendre la chirurgie classique du pied pour mieux comprendre l’aspect innovant de la chirurgie mini-invasive

Selon le Dr Eddy Becquet, chirurgien spécialisé en chirurgie mini-invasive de l’hallux valgus, l’objectif premier de la chirurgie classique, appelée aussi chirurgie conventionnelle est de traiter les différentes déformations de l’avant pied en respectant le plus possible l’anatomie du pied et en se basant sur des critères visibles sur les radiographies. Pour parvenir à cette restauration de l’anatomie du pied, le chirurgien orthopédiste se voit contraint de procéder à une dissection importante des tissus qui entourent l’os (les parties molles). Il doit aussi procéder à une ostéotomie (une section des os), à une réorientation des os, et enfin à une fixation de ceux-ci. C’est ainsi que le chirurgien orthopédiste parvient à corriger les déformations du pied. En revanche, en aucun cas, le spécialiste ne s’attache à faire des incisions de petites tailles, et à limiter le nombre de décollement des tissus qui se trouvent autour de la zone qu’il opère. C’est en cela que la chirurgie mini invasive s’impose en véritable pas en avant.

Avantages de la chirurgie mini-invasive pour le patient

Récupération plus rapide et douleurs moins importantes
C’est avéré, pour le patient, les suites opératoires sont moins compliquées. Tout d’abord, au niveau de la cicatrisation, celle-ci est plus rapide car la cicatrice est de petite taille et s’il y en a plusieurs, elles sont peu nombreuses. Particularité non des moindres, le premier pansement se fait entre la première et la deuxième semaine après l’opération. Ensuite, les gonflements et les douleurs sont moindres. On constate d’une façon générale des récupérations plus rapides chez les patients opérés par chirurgie mini-invasive.

Opération en hospitalisation ambulatoire et possibilité de marcher en sortant
La plupart du temps, la chirurgie mini-invasive du pied se réalise en ambulatoire et le patient rentre chez lui le soir. Le patient est gardé en salle de réveil jusqu’à disparition complète des signes d’anesthésie. Puis, le personnel hospitalier garde le patient sous surveillance quelques heures jusqu’à ce que le patient retrouve sa sensibilité et la motricité de son pied. Dès que le patient est prêt à sortir, il rentre chez lui et en marchant grâce au port de chaussures médicalisées. C’est là un avantage considérable pour le patient.

Limites de la chirurgie mini-invasive

Même si la chirurgie mini-invasive est une vraie révolution dans le monde de la chirurgie, le
Dr Eddy Becquet reconnaît qu’elle a cependant ses limites et ne peut être utilisée pour toutes les opérations du pied. On estime que 80% des déformations peuvent être traitées par la chirurgie mini-invasive. Les 20% restants concernent par exemple des patients atteints de grandes déformations comme les hallux valgus évolués qui ont des répercussions sur les petits orteils qui réagissent en se mettant en griffe.

Il est certain que la chirurgie mini-invasive va continuer à se développer pour le pied ou pour tout autre partie du corps. Les chirurgiens qui sont persuadés du bien-fondé de cette nouvelle façon d’opérer sont de plus en plus nombreux à se former à ces nouvelles techniques. On peut dire que la chirurgie mini-invasive n’est pas là pour remplacer la chirurgie classique, elle est plutôt là pour venir en complément. On peut imager la chirurgie mini-invasive comme étant une miniaturisation des techniques classiques d’opération, avec le même niveau de qualité de chirurgie, et ceci dans l’unique objectif d’améliorer le confort post-opératoire du patient, particulièrement lui permettre une récupération rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *